Camps sur l'Agly

Situé aux confins du Peyrepertusès, des Fenouillèdes et du Razès, ce petit village veille précieusement, du haut de sa colline, sur l'Agly qui y prend naissance.

Parmi les curiosités de ce village, il y a les ruines du château des XIe et XIIe siècle : construit sur un piton rocheux, il domine la vallée de l'Agly. Ses pierres ont servi pour la construction de nombreuses maisons du village.

Les pierres gravées de certaines maisons sont aussi une des originalités. Les plus remarquables sont celle de la maison Fabre avec, à la hauteur du premier étage, un superbe buste sculpté, sous lequel un cartouche daté de 1789 rassemble un certain nombre d'outils, et celle de "la maison du Chevalier" où figure une représentation de la Bastille.

Enfin, vous pourrez découvrir les grottes et avens de la Serre, la grotte et la
source de l'Agly qui complète un patrimoine naturel déjà richement doté.

L'Agly est un fleuve côtier puisqu'il se jette dans la mer au Barcarès.

Le terme "Agli" apparaît à partir du Xe siècle. Ce nom semble dériver du mot latin "aquila", qui veut dire aigle. Le sens en serait donc "la rivière aux aigles", qui pouvaient certainement abonder dans les Corbières à cette époque, notamment dans les gorges de Galamus. Le graphie "agly" viendrait du Catalan archaîque des XVe et XVIe siècle.

La Gly

Bien qu'apparaissant tardivement dans les texte et sur les cartes (XVIe), il est possible que cette forme orthographique soit bien plus ancienne. En effet, la mot "gly" pourrait être le vestige d'une influence grecque (présente en ces lieux avant le début de notre ère), puisqu'il signifie "gravé en creux". Les gorges de Lafargue, de la Tartarane, et bien sûr les impressionnantes gorges de Galamus sont peut-être là pour en témoigner...

 

 

 

.© Copyright A D C 2011